Demander des informations ou un devis Whatsapp

Service de rédaction pour tous vos contenus et documents

Mémoire, TFE, PFE, thèse, transcription audio / vidéo, rédaction Web / SEO, traduction

COMMANDEZ VOTRE DOCUMENT
Le Logiciel D-Sight

Le Logiciel D-Sight

Zéro déchets

2.2.4- Le logiciel D-Sight

Il s’agit d’un logiciel d’analyse de décisions multicritères connu scientifiquement sous le sigle MCDA dont la spécificité est la possibilité par son biais d’enrichir les données brutes et de classer les alternatives. Après cela, il va effectuer une analyse de décision.

En outre, ce logiciel a été testé par plus de cinquante universités dans le monde entier. Il a une reconnaissance mondiale vu que son développement a été l’œuvre de scientifiques. Deux méthodes sont possibles à utiliser dans le cadre du recours au logiciel D-Sight. D’une part, la méthode PROMETHEE dont le développement a été effectuée au Service de Mathématique de Gestion de l’Université Libre de Bruxelles en Belgique. Cette méthode permet de comparer par paires, d’où son autre appellation de méthode de surclassement. Plus précisément, en optant pour cette méthode, les résultats des alternatives vont être calculés par critère sur la base des différences entre les alternatives. D’autre part, la fonction d’utilité qui relie chaque valeur d’un critère au résultat correspondant. Autrement dit, les résultats sont établis indépendamment d’autres alternatives. Les fonctions ont la forme qui correspond au choix de l’utilisateur notamment linéaire, escalier ou hyperbolique.

Figure 10- Le logiciel D-Sight

Source : www.d-sight.com

 

 

 

 

 

 

 

Figure 11- D-sight sur un écran d’ordinateur

 

Source : www.d-Sight.com

 

 

 

RESULTATS

J’ai mené des entretiens semi-directifs avec deux échantillons de familles. Les familles [5 familles] qui ne sont pas engagées dans une démarche ZD, que je vais nommer dorénavant famille normale, j’ai eu l’opportunité de les contacter directement. Cependant, les familles ZD sont interviewées par téléphone et via le système messager du Facebook. Plusieurs facteurs sont  liés aux comportements des familles non-ZD

2.3.1- Les facteurs sociaux

Ces facteurs comportent principalement la divergence entre les intérêts économiques et les défis environnementaux mais aussi la législation contraignante visant la prévention et la précaution contre le débordement des déchets ménagers et assimilés.

Des politiques d’investissement sont mises en place afin de faire face à ce phénomène. De plus, l’influence de la caractérisation sociale (âge, sexe, statut familial) sur l’engagement des familles en Wallonie est déterminante dans la démarche de « Zéro déchet ».

 

Tableau 2- Situation des familles

Âge

42

39

42

46

29

 

 

 

 

 

 

Genre

Féminin

Féminin

Féminin

Féminin

Féminin

Situation de famille

Couple avec des enfants

Couple avec des enfants

Couple avec des enfants

Couple avec des enfants

Couple avec des enfants

Etudes

 

Etudes secondaires

Deux ans (anglais et arabe)

 

Sciences infirmières

Profession

 

Sans emploi

Bénévole sociale à la Mosquée deTubize

Comptable

Infirmière

Source : entretien avec 5 familles normales

 

Les familles sont composées d’adultes de plus de 25ans et de moins de 50ans. Elles sont composées de couple avec des enfants et ayant pour la plus part une source de revenu stable quoique modeste, dont certains perçoivent des salaires mensuels et d’autres des indemnités ou des allocations familiales. Elles sont également des lettrées, donc peuvent comprendre les impacts de leurs gestes sur l’environnement. En outre, la totalité de notre public cible est en couple avec des enfants, ce qui augmente la consommation, voire les déchets ménagers et assimilés.

Tableau 3- Utilisation des emballages

 

Fréquence d’achat

(fois par semaine)

Nombre de famille

 

 

 

Plastique

5

5

Papier-cartons

5

5

Verre 

3

5

Bois

1

3

Métaux

1

2

Source : Entretien avec les familles

 

D’après les entretiens effectués, la plupart des familles utilisent fréquemment le plastique  le papier et le verre. A l’inverse, ils utilisent moins le bois et les métaux. Or, le plastique est un agent pollueur très grave, à part sa situation de non-recyclable à deux fois. Autrement dit, l’utilisation des plastiques afflue l’empreinte en eau et celle en carbone. Plus les achats augmentent, plus les emballages les accompagnent.

Figure 12- Comparaison des utilisations des emballages